Publié le 29 Décembre 2011

 Maison Weber : une lettre ouverte au maire de Mulhouse

Maison Weber : une lettre ouverte au maire de Mulhouse

Geneviève Baud est habitante de Mulhouse et riveraine de la fameuse maison Weber datant du XVIIIème siècle et menacée de démolition. Elle vient de rédiger une lettre ouverte à Jean Rottner, maire de Mulhouse, publiée dans les Dernières Nouvelles d'Alsace du jeudi 29 décembre 2011. Nous la rediffusons ici intégralement.

« J’ai le privilège depuis 2000, de résider en tant que propriétaire dans l’impasse située au 4 boulevard Roosevelt, dans laquelle sont accolées plusieurs maisons d’habitation, dont quatre sont mentionnées sur les plans de la ville datés de 1830.

Cette impasse, totalement atypique en milieu urbain, est incluse dans le périmètre historique et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Cette impasse jouxte le parc de la fondation du Diaconat et nous jouissons de ce parc arboré tout à fait exceptionnel. Des travaux de démolition d’un mur mitoyen entre notre impasse et le Diaconat sont en cours afin de consolider la structure très endommagée, vouant à la disparition des petits bâtiments, une maison, témoins du passé, qui n’ont fait malheureusement l’objet d’aucun entretien et intérêt.

L’abaissement de ce mur et la destruction du bâti qui se trouve à l’arrière de ce mur mettent au jour la belle maison de maître menacée de destruction.

Mulhouse a connu par le passé un urbanisme sauvage, défigurant certaines parties du centre-ville. Le fleuron de l’ère industrielle mérite tout notre respect, toute notre vigilance. Cette partie de notre histoire, si émouvante, passionnante, prestigieuse, doit pouvoir compter sur nos générations pour que soit préservé ce qui peut l’être encore.

Je vous sais particulièrement attentif dans ce domaine, parmi bien d’autres. Plus d’une fois, je me suis glissée dans le parc, plus d’une fois j’ai admiré cette maison majestueuse et je me joins à titre individuel à toutes celles et tous ceux qui comptent sur votre attachement à la préservation du patrimoine, pour que soit sauvé ce bâtiment.

Ainsi donc, de part et d’autre du début du boulevard Roosevelt, subsisterait une autre partie du passé industriel ; d’une part les belles maisons de maître de la rue de l’Industrie et rue adjacente ; de l’autre les bâtiments d’Aléos, les maisons d’habitation de notre impasse et l’hôtel Weber.

Mulhouse, au cœur de nouvelles voies de circulation pourra s’enorgueillir de son esprit de modernité, prenant ancrage dans le fabuleux développement de la ville initiée par les pionniers du 18 e siècle et de sa reconnaissance de sa singulière histoire.

Je vous invite bien volontiers à découvrir l’hôtel Weber de mes fenêtres. »

Voir les commentaires

Rédigé par SOCIETE GODEFROY ENGELMANN

Repost0