Publié le 12 Décembre 2012

Square Steinbach - Dossier de réaménagement

"Rapport d’expert"

Article publié par Françoise Zimmermann dans les Dernières Nouvelles d'Alsace du 12/12/2012

Depuis le mois d’août dernier, le devenir du square Steinbach fait débat. La municipalité veut le transformer radicalement. Les défenseurs du patrimoine s’insurgent. Rapport d’expert avec Jean-Pierre Reduron.

(photo DNA - La butte pourrait cacher un bunker)

C’est un vrai dossier « analytique et critique » que Jean-Pierre Reduron a réalisé. Il en a pris l’initiative, non pas en tant qu’ancien directeur du service des espaces verts de Mulhouse, mais comme désormais « expert-conseil dans le domaine du végétal ».

Le résultat de son analyse a été versé au dossier des opposants à la restructuration du square, menés par Francis Fricker, président de l’association Godefroy Engelmann, rejoint par le Cercle Républicain 68 et les Amis du square Steinbach. En effet, Jean-Pierre Reduron conclut que dans le projet proposé par le cabinet Mubabilis dans le cadre du projet Mulhouse Grand Centre, le square Steinbach est dénaturé. « Le projet proposé est une transformation radicale et non une rénovation respectueuse… On éclaire sa structure, réduit son intimité, y tronçonne des arbres prestigieux, refuse son histoire… ce projet est à revoir en profondeur », défend Jean-Pierre Reduron.

Il étaye son rapport avec plusieurs éléments autour d’une idée récurrente : Mulhouse est ville d’art et d’histoire, l’art paysager historique a-t-il droit de cité ?

Un style romantique propre au XIXe siècle

Sur le style paysager du square : il appartient au style romantique du XIXe siècle. Son dessin est attribué aux frères Buhler, à qui l’on doit aussi le parc de la Tête d’or à Lyon ou encore le parc du Thabor à Rennes. « Les arbres plantés sont devenus de grands vénérables. C’est le propre des arbres jeunes que l’on plante et dont profitent les générations suivantes. Ce square est maintenant un poumon vert pour la ville, source de fraîcheur, d’humidité… »

Une atteinte à la volonté de Georges Steinbach

Sur les arbres eux-mêmes, Jean-Pierre Reduron se demande pourquoi on chasserait l’arbre remarquable en ville. Dans le square Steinbach, le grand cyprès de Lawson devant le théâtre devrait être supprimé ainsi que le cèdre du Liban, le savonnier, le hêtre pourpre ou encore le Paulownia qui pousse dans la cour du Musée des Beaux-Arts.

Au total 80 arbres devraient être supprimés : « En ajoutant les 16 tilleuls de la place de la Paix, c’est une bonne centaine d’essences ligneuses qui sont condamnées. Un véritable déboisement au cœur de la ville ».

Quant à la butte, au côté de la rue Alfred-Engel, elle cache dit-on un ancien bunker. Jean-Pierre Reduron déconseille d’arracher l’un ou l’autre arbre sur cette butte sous peine de fragiliser l’ensemble. Il rappelle le cas du parc de Pourtalès à Strasbourg, « où les grands arbres moins aguerris aux aléas climatiques sont tombés car ils se sont retrouvés en première ligne lorsqu’on a dû enlever les arbres-écran. »

Toute cette démonstration amène Jean-Pierre Reduron à se demander s’il n’y aurait pas une « dendrophobie » à Mulhouse (l’inverse de dendrophilie ou amour des plantes).

Ce diagnostic apporte en tout cas du poids à l’engagement de Francis Fricker qui pour sa part, base toute la démonstration sur l’aspect juridique du problème. Le square étant une donation faite par Georges Steinbach : « La transformation du square porte atteinte à la volonté et à la mémoire de Georges Steinbach. Il voulait que le square soit un lieu clos, lieu de calme et de repos et non pas un lieu de passage ». C’est d’ailleurs ce point qui avait attiré l’œil du commissaire enquêteur l’été dernier, motivant son avis négatif.

Les opposants au projet de restructuration du square attendant désormais que le maire de la ville, Jean Rottner, prenne position sur le dossier. Ils se disent dans l’attente d’un contact et d’une nouvelle proposition d’aménagement. « Nous ne sommes pas contre une rénovation ». Ils ont appris qu’un architecte paysagiste, spécialiste de l’histoire de jardins, s’est penché sur le sujet. Leur porte reste ouverte à la négociation.

Deux pétitions qui ont déjà rassemblé plus de 600 signatures sont en ligne. Voir sur le site Pétitions publiques : « Parc Steinbach 1825 ». L’ensemble du dossier est consultable sur le site du Cercle républicain 68.

par Françoise Zimmermann, publié dans les Dernières Nouvelles d'Alsace du 12/12/2012

Des arbres condamnés. Photo DNA Françoise Zimmerman

Des arbres condamnés. Photo DNA Françoise Zimmerman

Architecture de branche originale. Photo DNA Françoise Zimmerman

Architecture de branche originale. Photo DNA Françoise Zimmerman

Square typique du style romantique du XIXème siècle. Photo DNA Françoise Zimmerman

Square typique du style romantique du XIXème siècle. Photo DNA Françoise Zimmerman

Voir les commentaires

Rédigé par SOCIETE GODEFROY ENGELMANN

Repost0